Le blog

Challenge 12 mois / 12 genres, Les chroniques d'Eloïse

Un cœur en silence – Challenge de septembre

9782365691222

Auteur : Blanca Busquets

Édition : Les Escales


Genre : Romance Contemporaine

Date de sortie : avril 2015

Résumé : 

Berlin, de nos jours. Au milieu des derniers préparatifs d’un concert en
hommage à Karl T., un chef d’orchestre décédé dix ans auparavant, quatre
personnes originaires de Barcelone se remémorent le passé. Teresa, la virtuose sauvée par la musique ; Anna, la soliste jalouse ; Maria, la simple gouvernante secrètement éprise du chef d’orchestre, et Mark, le fils de Karl. À travers leurs récits, se révèlent peu à peu les liens qui les unissaient : relations de haine ou d’amour, de filiation ou d’abandon, mais surtout la passion, parfois destructrice, pour la musique. Quatre destins marqués par un même musicien et par son violon, un précieux Stainer disparu depuis des années. À qui Karl a-t-il légué son instrument fétiche ? Des années plus tard, ce dernier concert fera éclater la vérité…

Notre avis : 

« Mon premier violon, je l’ai trouvé dans une décharge publique. »

Tout commence par un violon « magique » jeté aux ordures par erreur et récupéré par une enfant. C’est la pointe de mystère de ce livre. Quelle est l’histoire de cet instrument ? Comment a t-il atterri dans une décharge ? Et le lien qui unit tous les personnages.

L’auteure a su me transporter dès les premières lignes. J’ai été happée par cette histoire pleine de poésie et de délicatesse. Il est écrit comme un concerto à quatre voix. Celle de Teresa d’abord, un personnage qui n’est que douceur et gentillesse. Maria la gouvernante un peu indiscrète mais pleine de bonne attention. Mark le charmant chef d’orchestre. Et enfin Anna, qui donne l’impression d’écouter un son de violon très aigu et mal accordé (et plus on avance dans l’histoire et plus ce son est désagréable !). Le tout donne une histoire entraînante et très bien menée. On adore même détester Anna.

Je n’ai jamais appris à jouer d’un instrument, mais ce livre nous donne le sentiment que c’est simple et à la porter de tous. J’avais envie ensuite de me mettre au violon, ou au moins d’aller voir un concert de musique classique (ou un ballet ! J’adore les ballets !). Si c’est une passion de l’auteure elle le transmet à la perfection.

Au final ce n’est pas une romance à proprement parler mais plutôt une déclaration d’amour à la musique et à un compositeur. Une déclaration d’amour menée à la perfection. Bref, c’est une très belle découverte que je conseille que l’on aime ou non la musique.

Note : 17/20

Et vous, qu’en avez-vous pensé ?


4 commentaires

Laisser un commentaire

* Champs obligatoire

*

  • Gwénaëlle DEGALLE,

    Un peu de retard pour le challenge de septembre.
    Ce roman m’a beaucoup plu.
    J’ai beaucoup aimé la narration à travers le point de vue des 4 personnages, en alternance à chaque chapitre, ainsi que le passage du présent au passé sans presque s’en apercevoir.

  • bidibule86,

    J’ai beaucoup aimé ce livre dévoré en une journée. J’ai aimé connaître l’histoire de ce violon à travers les yeux de chaque protagoniste et surtout le lien que chacun entretenait avec Karl. Karl et le violon sont la pierre angulaire à toute cette histoire. Le monde de la musique classique très difficile, ce chef d’orchestre perfectionniste et chérissant tant les plaisirs de la chair ont été un plaisir à connaître et à suivre. Chacun des protagonistes apportent ses joies et ses peines à cette histoire qui la rende si vivante. J’ai beaucoup aimé les personnages de Maria, Mark et Térésa et adorée détester Anna. Bref très belle lecture 17/20.

  • Marion,

    Ce roman est très beau et il m’a emporté dans le monde de la musique classique. J’ai beaucoup apprécié la façon dont il est écrit, avec un chapitre par personnage mais qui s’enchaîne comme une suite dans l’histoire, avec pour fils rouge le Stainer. Une même scène est racontée du point des différents personnages présents, et c’est quelque chose que j’aime beaucoup car cela diffère d’un point de vue à l’autre. On comprend rapidement le rôle du fameux Karl dans la vie de ces quatre personnages, il est comme une présence permanente, même 10 ans après sa mort.

    Les personnages de Teresa et Maria sont touchants, elles sont humbles et ont en commun de ne pas avoir pu avoir d’enfants. Contrairement à Anna qui passe pour la peste, même si elle tente de justifié son comportement vis à vis de la relation qu’elle a eu avec ses parents. Mark, son mari, lui est soumis malgré son envie de la quitter.

    J’ai tout de même été surprise par la fin et le plan de Maria pour récupérer le Stainer.

    17/20

  • Célia,

    Ce qui m’a d’abord marquée à la lecture de ce livre, c’est la capacité de l’auteure à créer une ambiance, une atmosphère propice à l’entrée dans le roman. La virtuose parvient même à créer une ambiance particulière pour chacune des quatre voix qui animent ce récit, et à passer de l’une à l’autre dans un enchaînement assez impressionnant.
    Comme un quatuor à quatre cordes, chaque voix recèle son histoire propre, pas forcément en accord avec celle des autres. Mais l’ensemble donne un bon aperçu de qui était Karl T. J’ai été émue par la douce Maria, j’avais envie d’aller de l’avant avec la volontaire Teresa, j’étais terre à terre avec Mark et franchement irritée par Anna.
    Ce livre est donc une découverte intéressante pour moi, même si je n’ai pas été plus que ça subjuguée. Peut être parce que je connais l’univers de la musique pour avoir pratiqué du violon, ou tout simplement parce que cette histoire ne collait pas avec mes aspirations du moment, je ne sais pas. En tout cas, ça reste une lecture agréable.