Le blog

Challenge 2018, Les chroniques d'Eloïse

La table d’émeraude – Challenge de Février 2018

Auteur : Carla Montero

Édition : Prisma

Genre : Historique

Date de sortie : octobre 2013

Résumé : 

À la demande de son fiancé, Konrad, riche et puissant homme d’affaires allemand, Ana se lance sur la piste de L’Astrologue, un tableau disparu de Giorgione du XVe s. Au cours de ses recherches, elle découvre le Paris sous l’Occupation et la saga des Bauer, famille juive chargée de veiller sur le secret que renferme cette œuvre qui a traversé les siècles.

Madrid, de nos jours. Avant de trouver L’Astrologue sur son chemin, Ana, jeune historienne d’art du Musée du Prado, menait une vie tranquille auprès de Konrad, riche homme d’affaires allemand et collectionneur d’art. Mais une lettre écrite pendant la Seconde Guerre mondiale les met sur la piste du mystérieux tableau attribué à Giorgione, l’énigmatique peintre de la Renaissance. Alléché par l’immense valeur de L’Astrologue, Konrad convainc Ana de partir à sa recherche. La jeune femme, consciente de toutes les difficultés qui se présentent à elle, demande l’aide d’Alain Arnoux, professeur de la Sorbonne spécialisé dans la recherche d’œuvres d’art confisquées par les Nazis. Mais cette décision semble compliquer l’affaire.

Paris, sous l’Occupation allemande. Le commandant SS Georg von Bergheim, militaire d’élite et héros de guerre, vient de recevoir un ordre d’Himmler : il doit retrouver un tableau de Giorgione, connu sous le nom de L’Astrologue, qui fascine le führer. Hitler, en effet, est convaincu que l’œuvre dissimule une grande énigme, une révélation qui est passée de main en main pendant des siècles. La recherche conduit Bergheim à une certaine Sarah Bauer, et une poursuite trépidante s’engage, qui aura des conséquences inattendues pour tous les deux.

Laissez-vous emporter par un roman captivant et bouleversant.

Notre avis :

Si vous nous suivez sur les réseaux sociaux vous avez dû m’entendre parler de cette lecture. Car malgré les éloges que je vais faire ensuite sur cette histoire il y a un gros point négatif pour moi : j’ai mis un mois à lire ce roman. J’ai eu un énorme blocage que je n’explique pas. D’habitude je lis minimum 5 livres par mois, mais là… Est-ce que ce sont les 747 pages qui m’ont bloqué ? J’ai lu pourtant des pavés bien plus gros… Bref, le mystère reste entier.

Sans cette « panne de lecture » ce roman serait un véritable coup de cœur, car l’intrigue, les époques, les personnages, tout est absolument parfait et captivant. C’est une lecture que je recommande à 100% ! J’ai particulièrement apprécié les chapitres ce déroulant pendant la seconde guerre mondiale avec le magnifique duo de Georg Von Berghein et Sarah Bauer. Tout est tellement bien écrit que je me suis demandé à plusieurs reprises si certains personnages n’avaient pas réellement existé. L’intrigue est également très bien ficelée et nous tient en haleine jusqu’au bout. Ce roman est digne d’un Dan Brown !

Note : 17/20

Et pour vous, qu’a donné votre lecture ?


2 commentaires

Laisser un commentaire

* Champs obligatoire

*

  • Ludivine,

    J’ai eu un peu peur quand j’ai reçu le livre parce que les livres sur l’art ne sont pas mon fort,ni ceux où la guerre est présente ,mais finalement dès le début de ma lecture je me suis plongée dans cette histoire mêlant le passer et le présent.

    Suivre les histoires d’Ana à la poursuite de ce fameux tableaux qui en un sens retrace l’histoire du SS Georg von Bergheim et Sarah Bauer ma vraiment plu. A telle point que ce livre m’as tout juste pris une semaine à lire.

    Très bonne lecture,un 18/20 sans hésiter.

  • Célia,

    Pour ma part, dès que j’ai vu que l’auteur était espagnole, je me suis dite que ça allait être un bon livre. Certes, assez volumineux mais ça fait un petit moment que j’ai un préjugé favorable sur la façon dont les auteurs espagnols contemporains parviennent à créer des atmosphères uniques… Et je n’ai pas du tout été déçue! Le prologue était magnifique, digne de la série « Da Vinci’s Demons » que j’ai adorée. Et ensuite, chaque lieu et chaque situation (positive comme négative) a été décrite avec des mots tellement justes et précis que j’arrivais presque à m’imaginer les scènes comme se déroulant devant mes yeux (ultra violent et difficile du coup pour les scènes à la Gestapo…). J’ai eu des impressions et des émotions qui me venaient au fur et à mesure du récit et qui se sont confirmées par la suite, je devais vraiment être à fond dans l’histoire. Les personnages sont vifs et je suis d’accord avec toi, Eloïse, on dirait presque qu’ils sont réels ou tirés d’une réalité proche. A aucun moment, on n’a de caricature de personne, et ça c’est très rare!!!

    Pour ce qui est de l’histoire, elle-même, après une (très petite) déception parce que je m’étais imaginée qu’on allait me raconter la seconde guerre mondiale, en Espagne, sous Franco (mais bon, le sujet est encore très tabou…), j’ai étonnée par tout ce que j’ai pu apprendre! Parler de l’Art pour aborder ce qui s’est passé pendant cette période: pour moi, c’était une expérience totalement inédite et j’imagine à grand peine les heures de recherche monstrueuses qu’a du faire l’auteur pour arriver à transmettre tout ça!

    Et puis enfin, il y a le rythme de l’histoire. Je pense qu’il y a quelque chose de très particulier là-dessous, même si je ne mets pas exactement les mots dessus. Moi qui suit incapable de m’arrêter quand une histoire me passionne, j’ai du faire des pauses. J’ignore comment c’est possible, mais à certains moments de l’histoire, je me suis dite qu’il fallait la laisser reposer, je m’y sentais presque obligée (c’est un peu bizarre ce que je raconte quand même… Désolée, le côté surnaturel du roman doit prendre le dessus :S).

    Conclusion: un roman à part, unique dans ce qu’il raconte, ses personnages et ses ambiances. Un voyage dans le temps et dans l’espace à la recherche d’un tableau perdu. Une lecture qu’il est impossible d’oublier une fois le roman refermé!