Le blog

Challenge 12 mois / 12 genres, Les chroniques d'Eloïse

Tueur de Princesses – Challenge de Juillet

couv33722412Auteur : Andreas Föhr

Édition : Prisma


Genre : Polar

Date de sortie : 2014

Résumé : 

Des jeunes filles vêtues de somptueuses robes parsèment le chemin d’un tueur en série.

« Les phares de la voiture illuminaient un fragment de route enneigée. De hautes congères piquées de cristaux de glace scintillaient sur les bas-côtés. Derrière ces murs, des pins à peine éclairés croulaient sous la charge immaculée. La température extérieure était presque sibérienne. Moins dix-huit degrés. Le lac apparut sous une légère couche de poudreuse. » Dans l’immensité glacée du Spitzingsee, un lac d’altitude dans les montagnes allemandes, une adolescente évanescente dérive doucement sous la glace, Ophélie flottant les yeux ouverts dans une magnifique robe de brocart doré.
À l’intérieur de sa bouche, les enquêteurs découvrent une minuscule plaque en fer-blanc marquée du numéro 1. C’est le début d’une chasse implacable pour arrêter le tueur en série.

Au coeur des montagnes enneigées, un suspense à glacer le sang !

Notre avis : 

Après le thriller de février, voilà le deuxième genre littéraire qui me sortait totalement de ma zone de confort. Je ne lis pas du tout de roman policier, même si j’ai décidé cette année de me lancer (en plus du challenge). Ce livre est donc une première !

Tout d’abord, le titre et le résumé m’intriguaient beaucoup. Un polar se passant en Bavière avec des « princesses » se faisant assassinées, voilà quelque chose d’alléchant. J’avais par contre oublié que cette histoire se passait sous la neige, ce qui n’allait pas trop avec le mois de juillet… Désolé pour les personnes que ça a pu perturber (ou refroidir ah ah).

Les points positifs… L’écriture est fluide et agréable à lire. J’ai beaucoup aimé Wallner et son grand-père, même si je trouve que cette histoire manque cruellement de femme dans les rôles importants. L’intrique est prenante, voire haletante. Surtout à la fin où les évènements s’accélèrent. J’ai lu les 70 dernières pages d’une traite, car je voulais absolument connaitre le dénouement final. L’histoire se cachant derrière ces meurtres m’a beaucoup plu et la façon dont celle-ci était racontée également.

Les points négatifs… Au final nous connaissons, plus ou moins, le meurtrier dès le début du livre, ce qui m’a pas mal refroidie. Je n’ai d’ailleurs pas du tout accroché à ce personnage dont l’histoire m’a laissée de marbre. Même si au final la façon dont le récit du meurtrier était mené m’a plu, j’aurais préféré que celle-ci commence plus tard dans le roman. Le deuxième point négatif est dans le dénouement final, il reste une question en suspend : qui est réellement le père ? J’aurais aimé avoir une réponse à cette question, même si ce n’est pas non plus un gros défaut dans le roman.

Au final, j’ai passé un bon moment de lecture, malgré mes réticences du début face à ce genre littéraire. Je recommande ce roman pour les amoureux des polars.

Note : 15/20

Et vous, qu’en avez-vous pensé ? Êtes-vous d’accord avec mes points négatifs ?


7 commentaires

Laisser un commentaire

* Champs obligatoire

*

  • conde.marie,

    Ce bouquin m’a donné froid en plein mois de juillet!
    J’ai bien aimé l’intrigue malgré la déception de savoir qui a commis les meurtres quasiment dès le départ.
    J’ai beaucoup aimé le grand-père de Clemens qui m’a fait bien rire ce qui est plutôt sympa dans un bouquin aussi sombre.
    Je ne suis toujours pas une grande adepte du genre policier, mais le fait que l’histoire se déroule en Allemagne changeait un peu ! Une lecture plutôt agréable.

    13/20

  • Claire Billaud,

    Un policier découvre dans un lac gelé le cadavre d’une jeune fille portant une robe de princesse dorée, accompagnée d’une étrange plaque de métal laissant entendre qu’elle ne sera pas la seule victime du « tueur de princesses ». Le commissaire Wallner se lance alors à la poursuite du tueur en série, et tandis qu’il louvoie entre les doutes et les fausses pistes, une autre histoire surgie du passé dévoile progressivement l’origine de la folie criminelle du tueur, à travers une sombre affaire d’autant plus cruelle que, selon l’expression consacrée « personne n’est responsable ». En effet, dans toute l’intrigue on trouve surtout de la drogue, de l’alcool, de la folie furieuse, de la paranoïa, et même du narcissisme chez certains policiers… L’histoire se termine cependant sur une note d’espoir même si elle a un goût amer : même de la pourriture, il finit par sortir de la vie.

    Ma note: 15/20

    • Claire Billaud,

      PS : je vais malheureusement devoir arrêter le challenge après le prochain livre, car j’en ai reçu trop pour mon anniversaire et je ne sais pas quand je vais pouvoir tous les lire. Bonne chance à tous ceux qui continuent !

  • bidibule86,

    Je rejoins l’avis de Celia sur le fait que cette lecture était plus appréciable que Stay Alice que j’avais à l’époque lâché en cours de route. J’ai aimé cette lecture où on suit deux histoires celle de Peter et Lisa et ceglle de l’enquête jusqu’au moment où elles ne font plus qu’une. On partage la douleur et la révolte de Peter mais on ne cautionne pas son geste et heureusement. Il veut prendre aux quatre protagonistes du chalet ce qu’il a perdu à cause d’eux : son enfant. J’ai aimé ce livre, cette lecture qui était rafraîchissante par cette chaleur. Par contre on ignore à la fin si Peter est le père de Conny, ce qui est bien dommage. Par contre mention spéciale au grand père de Clemens plutôt marrant. Ma note 15/20.

  • Célia,

    Pour moi aussi les thrillers, c’est un peu éloigné de ma zone de confort, même s’il m’arrive d’en lire un ou deux en été (je ne sais pas pourquoi, ça me fait moins peur en été, les thrillers! Bref…). Cependant, j’ai préféré celui-ci à « Stay alive », un autre thriller qui avait fait l’objet d’un challenge. Peut être est-ce parce qu’ici l’auteur évite la description trop exacte et détaillée du crime, pour plutôt se pencher sur ce qui s’est passé avant dans la tête du tueur en série. (Petit aparté: c’est là qu’on voit la différence de métiers exercés par les deux auteurs: Simon Kernick qui est criminologue et concentre l’intrigue sur le crime avec un brin de psychologie de certains personnages, et Andreas Föhr qui est avocat et nous parle longuement de ce qui a amené le tueur là où il en est….)

    L’histoire est bien écrite. Même si au niveau du suspens, c’est un peu tout cuit pour savoir qui est l’auteur de ces meurtres. Je me suis par contre longuement demandée comment un mec qui avait l’air à peu près normal au début du roman pouvait en arriver là.
    La cadence et la simultanéité des deux histoires s’accélère à la fin, et là le livre devient carrément impossible à lâcher!

    Au niveau des personnages, j’ai bien apprécié le personnage de Kreuthner qui, même s’il est carrément irritant d’insubordination, amène quand même des petits dérapages hors de la trame contrôlée des romans et séries policières.

    Donc au final, j’ai apprécié de lire ce livre, même s’il n’est pour moi pas inoubliable. La neige en été ne m’a pas gênée, là où j’habite le temps change aussi vite qu’on change de chaussettes (je ne sais même pas si ça se dit cette expression ahah!).

  • Marion M,

    Bonjour à tous,

    J’ai eu un peu de mal à rentrer dans l’histoire. Déjà l’action se déroule en plein hiver alors que j’ai lu ce livre en pleine chaleur de juillet, cela n’aide pas vraiment.

    Cependant, à partir du moment où l’histoire de Peter et l’enquête ont commencé à se joindre, je n’ai plus lâché le livre. Je voulais aussi bien savoir si Wallner allait arriver au bout de son enquête et comprendre pourquoi le tueur agissait ainsi, qu’est-ce qui c’était passé pour qu’il comète ces crimes.

    15/20

    • Marion M,

      * « commette ses crimes » , désolée pour l’erreur 🙂